Besoin de plaire à tout le monde : comment l'expliquer ?

juillet 30, 2016 0 commentaires

Besoin de plaire à tout le monde


Que nous soyons jeune ou plus âgé, les compliments ainsi que les marques d'affection nous rassurent et nous aident à nous aimer nous-mêmes.

Mais, s'il est trop présent, le désir de plaire à tous peut révéler une "estime de soi" quelque peu vacillante.

Contrairement à ce qu'on a longtemps affirmé, le désir de plaire à tout prix n'est pas l'apanage des femmes.

Vous avez déjà certainement croisé ce genre de personnes qui se présentent spontanément et sans fausse modestie, comme des séducteurs-né, charriant dans leurs filets hommes, femmes et enfants. Plaire à tout le monde, 7j sur 7 et 24h sur 24, un comportement épuisant, mais ils ne peuvent pas faire autrement. Laisser quelqu'un indifférent, ça les rend fou !

Plaire à tout prix : le besoin de faire l'unanimité


Effectivement, ces dites personnes se révèlent pleines de charme et de ressources, sachant adapter leur répertoire aux diverses réactions de leurs interlocuteurs.

Mais au quotidien, la compagnie de ces amuseurs publics ne se révèle-t-elle pas un peu fatigante ? Dans leur couple, il se peut même que des disputes éclatent après des soirées entre copains. En faisant leurs numéros pour épater la galerie, ils n'ont pas l'impression de décevoir les autres. Rester discrets est au-dessus de leurs forces.

Faire l'unanimité, d'autres types de personnes s'y emploient aussi, dans un registre différent : en devenant tour à tour ce que "Papa rêvait" pour elles (charmante épouse, gentil beau-fils, chirurgien,..), ces personnes peuvent soudainement comprendre qu'elles sont en train de sacrifier leur épanouissement personnel aux attentes de leur entourage. Elles ont l'impression d'être "inodores" et "sans saveurs".

Leur rébellion suite à leur prise de conscience peut faire des vagues au sein de leurs familles. Elles vont chercher à faire des compromis, supportant difficilement les critiques de ceux qu'elles aiment, pour continuer à leur plaire tout en se plaisant un peu plus, à elles-mêmes.

Tous autant que nous sommes, nous avons besoin de nous sentir aimés ou, du moins, appréciés. Les compliments et l'attention des autres nous rassurent aussi sur nos compétences dans les domaines comptant pour nous. Ces marques d'intérêt agissent comme un carburant.

Plus marquée chez certains, cette soif de réassurance peut révéler, en effet, un trouble ou une fragilité de l'estime de soi, notion plus complète que la seule confiance en soi.

Plaire à tout prix : une véritable "fureur de plaire"


Les moyens utilisés pour se rendre "aimable" sont extrêmement variés. La fureur de plaire peut s'expliquer par deux traits de caractère assez contradictoires :

- le narcissisme
- la dépendance affective

Pour attirer l'attention, les narcissiques n'hésitent pas à se jeter à l'eau. Sûrs de leur charisme et de leurs compétences, et surtout capables de relativiser leurs échecs, ils n'hésitent pas à donner leur avis, à parler d'eux mêmes, à se mettre en scène.

En même temps, ils savent manifester leur intérêt pour leurs interlocuteurs en valorisant leurs faits et gestes. Ils susciteront à la fois l'admiration, l'agacement et la jalousie, mais laisseront rarement indifférent. En général, le meneur ou la meneuse narcissique cimente la vie d'un groupe familial ou professionnel.

Exemple de meneuse narcissique

Elle arrive le matin, échevelée et souvent en retard. Elle rit, elle glousse et on l'entend venir de loin. C'est bien simple, il lui est toujours arrivé un truc dingue dans le parking ou dans la rue ! Elle sait monter en épingle un événement banal. Tout le bureau s'arrête de bosser pour assister à son show. Quand elle est en vacances, ses collègues s'ennuient. Elle leur tape sur les nerfs mais ils l'adorent !

D'autres, dépendants de leur entourage, cherchent à se faire aimer en évitant la confrontation. Et ce, par peur d'être désapprouvé et rejeté. Contrairement aux narcissiques, ils évitent les positions trop tranchées ("j'adore", "je déteste").

Les dépendants approuvent les points de vue des uns et des autres, au risque de paraître un peu démagogues. Se sentant profondément remis en cause au moindre échec ou désaveu, ils font passer l'intérêt des êtres chers ou du groupe avant le leur. Toujours attentifs à autrui, ils suscitent souvent en retour la sympathie escomptée.

Plaire à tout prix : une alchimie complexe


A priori, les narcissiques sembleraient donc armés d'une solide estime de soi, qui ferait défaut aux personnalités dépendantes.

Pour les spécialistes, l'analyse est beaucoup plus complexe. Et si un solide narcissisme paraît un atout pour embrasser une carrière publique, nombre de personnalités ont réussi à recueillir les suffrages dans les mondes littéraire, artistique ou même politique, en assumant leurs doutes et leur fragilité.

Complexe et changeante, l'estime de soi regroupe différentes composantes :

- l'amour de soi (qui aide à accepter ses limites)
- la vision de soi
- la confiance en soi (qui permet essentiellement d'agir)

Un ensemble en équilibre instable, surtout quand le besoin de réassurance devient permanent et "compulsif" (la personne ne pouvant y résister sans éprouver d'angoisse). A l'origine d'attitudes comme la mythomanie, ce besoin peut produire l'inverse de l'effet recherché, c'est-à-dire le rejet.

Longtemps, on a attribué aux femmes, taxées "d'hystériques", le désir de plaire à tout prix. Désormais, les spécialistes décrivent des personnalités "histrioniques" dans les deux sexes. Certaines personnes renoncent à aimer et à être aimés. Après avoir idéalisé les rapports humains, ils se retrouvent en proie à une grande désillusion.

Plaire à tout prix : un équilibre à créer dès l'enfance


D'où l'intérêt de se constituer dès la plus tendre enfance, une estime de soi solide, qui laisse une place suffisante à... l'estime de l'autre. Les parents ont un rôle essentiel à jouer, en évitant de soumettre chaque acte à un chantage affectif : "Si tu finis ton assiette, maman t'aimera très fort" ou "Si tu viens tout de suite, papa viendra te chercher ce soir" !

Les encourager, prendre le temps de leur parler et de les écouter, faire passer leurs rêves avant nos envies personnelles : autant d'attitudes qui les aident à se forger une image positive d'eux-mêmes. En montrant à leur enfant tout ce qu'il peut accomplir lui-même et en l'incitant à recommencer après un échec, les parents l'aident aussi à devenir autonome.

Petit à petit, chacun apprend donc à s'aimer et à s'accepter. Les encouragements du cercle familial : "qu'il est mignon !" puis de l'être aimé "Comment ai-je pu vivre avant de te rencontrer ?" agissent comme autant de piqûres de rappel. Et, la maturité aidant, le besoin d'affection se limite aux personnes importantes de notre vie.

Conseil de lecture pour compléter cet article : "L'estime de soi - S'aimer pour mieux vivre avec les autres" de Christophe André et François Lelord.

Besoin de plaire à tout le monde : comment l'expliquer ?
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous !

ALEXANDRA M.

Coucou à tous ! Moi c'est Alexandra, expatriée et blogueuse durant mon temps libre. En grande curieuse de la vie, je m'intéresse à des domaines aussi divers que variés tels que la lithothérapie, l'astrologie sidérale, la radiesthésie mais aussi la décoration (Feng Shui) etc... et qui finalement se complètent merveilleusement bien pour l'évolution de l'être. Mon objectif à travers ce blog est de vous aider à améliorer votre vie et vos relations par le développement personnel à l'aide de techniques et d'idées intéressantes :-)

0 commentaires:


A lire avant de poster :

- Les commentaires sont modérés afin d'éviter le SPAM
- Pour être informé des éventuelles réponses, cochez la case "M'informer"
- Par convivialité envers ceux qui vous lisent, utilisez la fonction "Nom/URL" en
indiquant votre prénom ou votre pseudo (laissez URL vide si vous n'en avez pas)
- Les commentaires "Anonymes" ne sont désormais plus publiés.