Ce que je répond à la question exaspérante *tu fais quoi dans la vie ?*

Zen Attitude
Ce que je répond à la question exaspérante "tu fais quoi dans la vie ?"


Quand on est de sortie et qu'on rencontre du monde, il n'est pas rare que très rapidement une personne qu'on connait à peine vienne vers nous et dans un soucis d'engager la conversation, celle-ci nous pose la question Ô combien exaspérante "Tu fais quoi dans la vie ?".

C'est même devenu l'une des premières questions qu'on nous pose soit-disant pour faire connaissance. Sauf qu'on sait bien ce qui se cache derrière cette question : notre statut social (ou plus précisément notre métier) !

A croire que notre emploi est le premier, voire le seul critère pour nous définir en tant que personne. En bref, on colle une étiquette à l'autre en fonction de son statut social. Un peu réducteur de juger la vie d'une personne et s'en faire une opinion sur le seul critère de son métier, vous ne trouvez pas ?

"Tu fais quoi dans la vie ?" : la question qui met souvent mal à l'aise


Cette question, on a parfois du mal à y répondre ou pas forcément envie d'y donner suite. En effet, s'il est facile pour des personnes "ayant fait carrière" de mettre en avant leurs brillantes compétences, en revanche pour d'autres il sera bien plus difficile de parler de leurs parcours atypiques voire chaotiques.

Et oui, nous ne sommes pas tous égaux et la vie met sur le chemin de la plupart des gens un tas d'épreuves qui sont vraiment difficiles à vivre. Alors comment s'ouvrir au premier inconnu sans être mal à l'aise quand on a ce qu'on appelle une "vie de merde" semée d'embuches .... et dont on n'a pas forcément envie de parler lors d'une sortie qui a pour but de se changer les idées ?

La vie ne se limite pas à un statut social, loin de là. On a aussi une vie en dehors de notre métier et sa richesse se constitue selon notre vécu. D'ailleurs de mon point de vue, ce sont bien souvent les personnes qui "en ont bavé" qui ont la plus grande richesse intérieure et le plus à offrir comparé aux grandes gueules qui ont eu un parcours tout tracé sans la moindre difficulté.

Tout ça pour dire qu'il faut arrêter de se sentir obligé de répondre systématiquement à cette question devenue banale en soirée ou lors d'une sortie ; surtout à une personne que l'on connait à peine, qu'a t-elle besoin de savoir ce qu'on fait dans la vie ?? Rien ! A part peut-être....

"Tu fais quoi dans la vie ?" : un besoin malsain de se comparer


Oui parfaitement ! A part se comparer pour savoir ce que l‘autre vaut par rapport à soi, je ne vois toujours pas en quoi ça regarde une personne que l'on connait à peine de savoir ce qu'on fait dans la vie.

Imaginez si on a le malheur de répondre qu'on n'a pas d'emploi car il faut bien le dire, dans certaines régions l'emploi fait cruellement défaut ou parce qu'on n'a pas de chance tout simplement..... mais votre interlocuteur va se faire un plaisir de se comparer à vous. Et il y a de grandes chances que cette personne ne s'attarde pas plus que ça à rester en votre compagnie.

Pour l'avoir vécu, à partir du moment où on n'a pas de boulot, c'est comme si on n'existait pas aux yeux de certains et que nous ne sommes pas dignes d'intérêt ; en bref nous sommes catalogués et pas intéressants.

Article lié : Comment diminuer son train de vie et sortir de la rat race

Ce que je répond à la question exaspérante "tu fais quoi dans la vie ?"


Si certains articles ont déjà abordé le sujet sur le web et préconisent une réponse telle que "Moi ? oh dans la vie, je me promène, je m’éclate, j’apprends des choses, je lis, j’admire la nature, je communique avec des gens, je m’émerveille, je profite, JE VIS, quoi !"......

OK c'est sympa mais honnêtement je trouve cette tirade bien trop longue. Il faut l'apprendre par coeur et se tenir prêt(e) à la ressortir à la première occasion. Et comme, il faut bien l'admettre, cette situation ne se présente pas tous les jours, l'effet de surprise aidant, je ne pense pas que vous allez pouvoir répéter cette phrase sans difficulté dans x temps.

Pour moi il y a plus simple et surtout plus facile à retenir !

Dorénavant quand quelqu'un me demande ce que je fais dans la vie, je regarde bien cette personne dans les yeux avec un sourire qui montre que je suis sûre de moi et je lui dis : "Ce que je fais dans la vie ? J'essaye d'être heureuse, tout simplement !".

Généralement l'interlocuteur ne s'attend pas à une telle réponse. Et croyez-moi, le sourire qui accompagne cette réponse ne va pas l'inciter à aller plus loin dans cette voie. Limite, il va comprendre qu'il abuse et va donc soit changer de sujet, soit s'arranger dans les minutes qui suivent pour aller voir quelqu'un d'autre.

En pratique


La prochaine fois que vous êtes de sortie avec des personnes que vous connaissez à peine et que l'une d'elles vous demande ce que vous faites dans la vie (et que vous n'avez pas forcément envie d'y répondre), essayez ma petite astuce ci-dessus. Je suis certaine que cette personne ne cherchera pas à en savoir davantage et vous laissera tranquille.

💗 A voir également : Comment en finir avec les gens casse-pieds (sans avoir besoin de les balancer par une fenêtre) et vous saurez que faire et quoi dire en présence de personnes déstabilisantes !

Ce que je répond à la question exaspérante "tu fais quoi dans la vie ?"
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver plus facilement !

Et vous, répondez-vous chaque fois volontiers quand on vous demande ce que vous faites dans la vie ou cette question vous embarrasse également ? Dites-moi tout dans les commentaires ci-dessous !

7 étapes pour atteindre le succès

Coaching
7 étapes pour atteindre le succès


Que ça soit en amour, au boulot ou en amitié, le succès, ça se provoque. Avec un peu de méthode et un bon entraînement, vous devriez y arriver.

Finies les jérémiades des "J'y arrive pas". Le succès ne s'improvise pas, il se planifie rigoureusement.

Voici une manière d'y parvenir :

Les 7 étapes pour atteindre le succès


❶ Ayez une attitude de gagnant

À force de toujours imaginer le pire, il finit par arriver. Prenez exemple sur le "Je veux, je peux" américain. Croyez vraiment en vos chances de réussir et pensez positif.

Au niveau de la vie professionnelle

Vous rêvez de travailler dans l'audiovisuel. N'écoutez pas ceux qui vous rabâchent : "Sans piston, tu n'as aucune chance, c'est un milieu fermé." Soyez à l'écoute de tout ce qui se prépare, bondissez sur les nouveaux projets, faites preuve de ténacité.

Au niveau de la vie privée

Vous louchez depuis des mois sur le nouveau commercial du bureau sans oser lui proposer un café. Au lieu de focaliser sur vos défauts (trois kilos en trop, une poitrine en planche à pain...) faites la liste de vos qualités : yeux pétillants, crinière de rêve, sens de l'humour... Cessez de vous dévaloriser à vos propres yeux et sortez du rôle de perdante que vous vous êtes fabriquée toute seule. Et quand on se plaît, on plaît.

Article lié : Comment avoir une attitude de gagnant

❷ Neutralisez vos sources de stress

Débarrassez-vous de vos inhibitions. Faites une liste des situations qui vous bloquent, de la moins pénible à la plus difficile. Puis affrontez chaque situation en commençant par la plus facile. A chaque étape, prenez le temps de vous sentir à l'aise. Petit à petit vous aurez confiance en vous.

Au niveau de la vie professionnelle

Vous êtes paniquée à l'idée de prendre la parole en réunion. Prenez l'habitude d'exprimer à voix haute vos opinions devant les collègues de bureau. Et organisez des mini-réunions que vous animerez.

Au niveau de la vie privée

Vous n'osez pas entrer dans une boutique de luxe. Faites la liste de celles qui vous intimident le plus et visitez-les une à une, en prenant soin de n'emporter ni chéquier ni carte bancaire. Affrontez avec brio les vendeuses arrogantes ou trop persuasives.

❸ Visualisez le succès

Répétez mentalement, étape par étape, ce que vous devez faire pour atteindre votre objectif. Anticipez les objections et entraînez-vous à y répondre. Prévoyez des solutions de rechange pour chaque difficulté. Vous éviterez ainsi les mauvaises surprises et garderez vos facultés quoi qu'il arrive.

Au niveau de la vie professionnelle

Vous voulez une augmentation ? Entraînez-vous. Faites un bilan depuis votre arrivée, des contrats que vous avez négociés jusqu'au volume de travail abattu. Votre requête doit apparaître légitime, et non comme un traitement de faveur.

Au niveau de la vie privée

Vous rêvez de faire appartement commun avec votre moitié. Faites une liste des objections qu'il pourrait vous apporter : "Je vais perdre ma liberté", "J'ai trop d'affaires pour tes placards"... Prévoyez des réponses béton : "Moi aussi, je veux garder mes soirées entre filles"...

❹ Demandez ce que vous voulez (avec assurance)

Pour obtenir quelque chose, il faut savoir le demander. Et le pire qui puisse arriver, c'est de vous entendre dire "Non". Avouez que ça n'est pas si terrible. Dire ce que vous voulez entraîne votre cerveau à croire que c'est possible.

Au niveau de la vie professionnelle

Vous venez d'apprendre la création d'un nouveau poste dans votre société. Intéressée, parlez-en autour de vous, et prenez rendez-vous avec votre patron. Exprimez-vous de façon directe, avec respect, et montrez-lui que vous êtes "la" personne de la situation.

Au niveau de la vie privée

Pour vous, les vacances idéales riment avec "La Petite maison dans la prairie". Mais depuis cinq ans, vous passez l'été à Lacanau (Aquitaine). Demandez-lui pour une fois de réserver un chalet dans les Pyrénées. Il sera surpris, peut-être déçu, mais vous passerez des vacances à votre goût. Alternez l'année suivante avec une destination qu'il aura choisie.

Article lié : Comment amener les autres à faire ce que vous voulez

❺ Soyez en phase

Persuader ne signifie pas imposer son point de vue par la contrainte, ni harceler l'autre jusqu'à ce qu'il accepte. Pour savoir persuader, il faut suivre une phase de "traction" pour comprendre ce que l'autre souhaite réellement, et une phase de "poussée" pour aider à faire passer son opinion, demander ce que l'on désire. Si vous privilégiez la poussée au lieu de la traction, c'est l'échec assuré.

Au niveau de la vie professionnelle

Si l'un de vos collègues n'est pas d'accord avec vous, prenez le temps de l'écouter, puis avancez vos propres arguments avec assurance. Si vous n'arrivez pas à vous mettre d'accord sur une solution, vous devriez au moins trouver des points d'entente. Et apparaître comme une équipe responsable aux yeux de votre chef.

Au niveau de la vie privée

Avant de menacer votre ami de "faire un bébé toute seule" parce qu'il ne semble pas très impatient de pouponner, essayez de savoir ce qu'il ressent vraiment. Posez-lui des questions ouvertes. Au lieu de demander "Pourquoi tu ne veux pas d'enfant ?", dites plutôt : "Qu'est-ce qui te déplaît dans le fait de devenir papa ?" Vous pourrez alors le persuader en expliquant votre point de vue.

❻ Fixez-vous des objectifs

Prenez exemple sur la bad girl qui sait ce qu'elle veut. D'après Cameron Tuttle, auteur de Bad Girl : "Pour obtenir ce que vous voulez, commencez par définir vos envies. Afin de prendre confiance, débutez par des objectifs modestes que vous êtes sûre de pouvoir atteindre. Ensuite, mettez progressivement la barre plus haut, jusqu'à obtenir exactement ce que vous voulez."

À chaque objectif atteint, accordez-vous une récompense : une heure de massage en institut, un petit pull sympa... Et fixez-vous des dates butoir pour chaque objectif.

Au niveau de la vie professionnelle

La méthode bad girl appliquée au bureau, ça donne :

1. Je veux le stylo de ce type ;
2. Je veux le titre et le salaire de ce type ;
3. Je veux que ce type aille me chercher un café pendant que j'emménage dans le bureau qui était le sien avant.

Un peu excessif, d'accord, mais c'est l'idée qui compte.

Au niveau de la vie privée

Vous ne voulez pas rester célibataire un jour de plus ? Fixez-vous un objectif de nouvelles rencontres, amicales dans un premier temps. Utilisez tous les moyens pour y parvenir : réseaux d'amis, cafés à thèmes, chats sur le Net... Chaque nouvel ami vous présentant alors à sa bande de copains, votre carnet d'adresses devrait vite prendre de l'ampleur.

Article lié : Voici pourquoi il est indispensable que vous écriviez vos objectifs

❼ Faites-vous coacher !

Un bon coach peut changer la vie et aider à clarifier vos désirs. Avec lui, vous allez fixer des objectifs, prendre confiance en vous et établir un plan d'action.

Au niveau de la vie professionnelle

Vous rêvez de monter votre boîte, sans trop savoir dans quelle branche vous lancer. Avant de sacrifier votre épargne dans une start-up qui finira en start-down, faites avec un coach le point sur vos désirs.

Au niveau de la vie privée

Vous voulez retrouver une taille 38 sans passer par la case poisson vapeur et haricots verts ? Faites venir chez vous la star des coachs, Monsieur Clemenceau. Vous allez souffrir, le détester même, mais vous adorerez le résultat. Et si vous préférez l'effort en solitaire, vous pouvez toujours acheter sa méthode.

7 étapes pour atteindre le succès | développement personnel
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous !

Comment avoir une attitude de gagnant

Lifestyle
Comment avoir une attitude de gagnant


Nous n'y pensons pas forcément et pourtant la communication non verbale (celle de notre corps), précède presque toujours la communication orale.

Notre gestuelle et notre façon de nous comporter devant les autres font que notre corps a son propre langage. Et celui-ci communique aux autres malgré nous bien plus d'informations que nous souhaitons leur en donner.

A ce stade, vous aurez compris que la première impression que vous laissez au contact d'autres personnes est souvent durable.

Orison Swett Marden (1850-1924), écrivain, physicien et fondateur du magazine "Success", est aussi le fondateur du "Mouvement du Succès" en Amérique.

Voici l'une de ses citations :

"Notre apparence personnelle est la vitrine dans laquelle nous exposons ce que nous avons à vendre, et l'on nous juge d'après ce que nous y exposons"

Que veut dire cette citation ?

Cette citation explique que l'expression affichée sur votre visage, votre allure, votre démarche, une poignée de main ferme ou molle - tout ce qui touche à la communication non verbale - sont autant d'indices qui permettent à votre interlocuteur de se faire une première impression et de vous juger, parfois à vie !

Et oui, nous ne nous en rendons pas toujours compte mais nous pouvons être littéralement "catalogués" dès la première approche.

Je prend un exemple assez explicite (déjà vécu) : vous discutez tranquillement avec une personne parmi un groupe de personnes que vous ne connaissez pas, quand tout à coup, l'un d'entre eux commence à gesticuler dans tous les sens en rigolant bizarrement.

A votre avis, comment allez-vous réagir ?

A moins que de ne pas être déstabilisé par l'énergumène, vous allez très certainement vous dire intérieurement : "Mais quel taré celui-là !". Hop voilà, il est catalogué par son attitude et cela ne va pas spécialement vous donner envie d'entrer en contact avec lui par après.

Il peut arriver aussi que nous ayons une fausse mauvaise première impression sur les autres. Cette mésaventure m'est arrivée il y a quelques années. Une connaissance de mon compagnon était venu nous rendre visite à la maison et je ne l'avais jamais rencontré auparavant.

A première vue, cette personne avait l'air "pète-sec" et hautaine, je m'étais dit : "Ouhlala, qu'est-ce que c'est que ce gars-là ??". En réalité c'est une personne très sympa qui a simplement du caractère et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Le courant est de suite bien passé. Depuis nous sommes devenus amis et je l'adore. Je l'avais "jugé" trop vite !

Pour en revenir à la citation et ce qu'elle veut nous faire comprendre, c'est que notre attitude - qu'elle soit dans notre vie privée ou dans notre vie professionnelle - peut d'un côté nous permettre de saisir de nombreuses opportunités ou à l'inverse complètement nous desservir et nous conduire à l'échec.

En effet, il est très difficile de se défaire du jugement que les gens portent sur nous. Une première mauvaise impression crée souvent un préjudice qu'il est ensuite presque impossible de réparer complètement, à moins que d'avoir été induit en erreur par un jugement trop hâtif comme j'ai pu le faire.

Article lié : Les 5 règles d'or pour éviter les préjugés

D'où l'importance de bien veiller à soigner son apparence et maîtriser notre communication non verbale. Un sourire chaleureux et franc indiquera par exemple à votre interlocuteur que vous êtes ravi de le rencontrer alors que vous ne lui avez même pas encore adressé la parole.

Personne n'admire les perdants !


Alors n'apparaissez jamais comme tel. Ne laissez pas vos doutes, vos craintes, le découragement, et le manque de confiance s'installer en vous car ils vous feront apparaître comme une personnalité faible aux yeux des autres.

Un comportement de vainqueur inspire l'admiration, la confiance et laisse une impression favorable tandis qu'un comportement accablé, abattu, plaintif, négatif, "déjanté" ou de petit caïd de bas étage incite à la méfiance et laisse une impression ou une image négative.

Article lié : Cultivez-vous déjà les 8 qualités des vainqueurs ? Vérifions !

Comment avoir une attitude de gagnant


Ce que vous représentez c'est à dire votre apparence est le reflet de votre personnalité. Il vous permet de capter l'attention et d'attirer le regard. Il est donc primordial d'avoir une apparence qui inspire confiance aux autres.

Exemple un peu extrême, certes, mais si vous apercevez au loin une bande de loubards qui chahutent, vous n'irez certainement pas leur demander un renseignement. Le simple fait de les voir ne vous inspirera pas confiance et vous fera tourner les talons. Je me trompe ?

Ayez de la prestance et une posture assurée. Faites en sorte que le succès s'affiche sur votre visage et s'exprime dans votre attitude. C'est une étape primordiale dans cette démarche. De même, gardez toujours le sourire et un comportement positif tourné vers l'avenir.

Soyez convaincu d'être un gagnant


Si vous n'avez pas le comportement d'un gagnant, personne ne vous sollicitera. Même dans les situations les plus difficiles, il vous faut conserver une attitude de battant. Autrement, vous n'obtiendrez aucun résultat. Les gens n'ont que faire des faibles et des pleurnichards. Vous devez donc avoir à l'esprit une conception victorieuse de la vie.

Les 4 conseils d'Orison Swett Marden concernant l'attitude à adopter pour avoir une attitude de gagnant


❶ Ne montrez jamais un visage sombre ou pessimiste qui pourrait faire croire que la vie ne vous a apporté que des déceptions.

❷ Ne faites ou ne dites jamais rien qui puisse laisser supposer que vous êtes faible ou incapable.

❸ N'ayez jamais l'air d'admettre par vos discours, votre apparence, votre allure, vos manières, que quelque chose ne va pas pour vous. Marchez droit. Relevez votre tête et regardez tout le monde en face.

Peu importe que vous soyez pauvre, que vos vêtements soient usés, que vous soyez sans emploi, sans foyer, même sans amis, montrez au monde que vous vous respectez vous-même, que vous croyez en vous et que même si le chemin est dur, vous marchez à la rencontre de la victoire.

Article lié : Les 10 commandements du manque de respect envers soi-même

❹ Comportez-vous de telle façon qu'en vous voyant les gens puissent se dire : "Ca c'est un vainqueur ! Quelqu'un qui domine tout et ne se laisse dominer par rien !"

C'est uniquement de cette manière que vous parviendrez à influer avec succès sur l'orientation de votre vie privée et sur votre évolution professionnelle.

Comment avoir une attitude de gagnant
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Pensez-vous que cet article plairait à vos amis ? N'hésitez pas à cliquer sur les boutons ci-dessous pour le partager. Merci !

Pourquoi il faut arrêter d'aider les autres (quand ils n'ont rien demandé)

Tendances
Pourquoi il faut arrêter d'aider les autres (quand ils n'ont rien demandé)


J'ai souvent entendu autour de moi des gens s'exclamer sous forme de critique "Après tout ce que j'ai fais pour lui, c'est tout le merci que j'en ai ?? Maintenant c'est fini, qu'il ne compte plus sur moi s'il a un pépin !!".

Ce genre de réflexion, vous l'avez déjà aussi certainement entendue des dizaines de fois de votre côté, je me trompe ? Je ne sais pas ce que vous en pensez lorsque vous entendez ce type de critique mais de mon côté, j'ai voulu développer un peu le sujet dans un article pour vous faire part de ma vision des choses.

Cette vision n'engage évidemment que moi et libre à vous d'y adhérer ou pas.

Aider quand l'autre n'a rien demandé...


A première vue cet acte que l'on peut qualifier d'héroïque part d'un bon sentiment. Le "sauveur" de la situation a cru faire une bonne action de sa propre initiative, soit parce que ce dernier a été vraiment touché par ce qui arrive à l'autre, soit parce qu'il se sent redevable vis à vis de cette personne (et accessoirement indispensable mais ça c'est un autre débat).

Bien...

Là où ça pose problème, c'est quand on creuse un peu. On s'aperçoit à chaque fois qu'à la base, la personne aidée n'avait rien demandé du tout. Jamais elle n'a fait la démarche par elle-même de venir demander de l'aide.

Est-ce que vous trouvez ça normal d'intervenir alors qu'elle n'a rien demandé ?

Moi non. Je vais vous dire pourquoi dans un instant et en quoi cette aide non sollicitée peut devenir problématique.

J'en entends déjà certains dire qu'il faut toujours aider son prochain en difficulté même s'il ne l'a pas demandé, que si on ne fait rien pour aider les autres, nous sommes des vilains méchants égoïstes sans coeur, qu'on ne laisse pas les autres dans la merde, etc...

Et si au contraire, c'était plutôt ceux qui raisonnent de cette manière les vilains méchants égoïstes sans coeur ?

Prenons le temps de nous mettre deux minutes à la place de ces personnes...

Pourquoi il faut arrêter d'aider les autres (quand ils n'ont rien demandé)


De mon point de vue, c'est porter atteinte à leur libre arbitre. Ce n'est pas parce que nous avons décidé que telle personne doit se sortir les doigts du cul en lui prêtant main forte (sinon elle risque de gâcher sa vie) que c'est forcément la meilleure chose à faire pour elle.

En agissant de la sorte, nous lui imposons ce que nous voulons et de ce fait, nous ne lui laissons pas faire ses propres choix et..... erreurs. Or, tout le monde le sait, c'est en faisant des erreurs qu'on apprend. C'est quand on s'en prend plein la tronche qu'on grandit et qu'on devient plus responsable.

Prenons un exemple : si votre fils de 20 ans ne se réveille pas le matin pour aller travailler, que cette attitude vous met dans tous vos états et vous fait précipiter dans sa chambre pour le tirer du lit. Je dirais "et alors ??" C'est son problème ! Il faut le laisser faire cette erreur jusqu'à ce qu'il comprenne que si son patron le vire, ce sera uniquement par sa faute ; parce qu'il a préféré agir comme un irresponsable en sortant le soir faire la fête jusqu'à pas d'heure et que du coup, il arrive tout le temps en retard au travail.

Si nous sommes continuellement à l'affût des erreurs que les autres pourraient commettre et prêts à leur venir en aide, ils risquent aussi de tomber dans l'assistanat. De ce fait, ils deviennent des êtres qui ne se responsabilisent plus par eux-mêmes.

Et puis y en a, c'est tout simplement leur choix. Ils n'ont peut-être pas envie d'être aidés et/ou n'ont pas envie d'entendre certaines choses donc ils ne demandent pas d'aide. Ca ne les intéressent pas. En résumé ils sont bien comme ils sont, cela ne les gênent pas plus que ça. Et bien que pouvez-vous y faire ? Les forcer ?

Exemple : vous avez un don de magnétiseur (ou énergéticien) et vous voyez que le mari d'une ancienne amie est plié de douleur à sa jambe. Pour l'aider, vous décidez une fois rentré chez vous de lui faire un soin à distance à son insu, sans lui en parler parce qu'il n'est pas très ouvert aux médecines parallèles. Vous trouvez ça juste de faire ça sans lui demander son accord ?

Tout au long de la vie, on apprend. Chacun d'entre nous avons des expériences à vivre et si nous interférons à tout va dans la vie des autres quand cela nous chante, c'est porter atteinte à leur libre arbitre ni plus ni moins.

Prendre l'initiative d'aider les autres part peut-être d'un bon sentiment, certes, mais au final ce n'est pas rendre service !

Aider les autres : la bonne marche à suivre


Il faut savoir qu'on ne va aider réellement que des personnes qui l'ont demandé et qui le veulent vraiment. Si ces personnes n'ont pas le déclic par elles-mêmes, vous perdrez votre temps à essayer de vouloir changer les choses à leur place.

Nous sommes des êtres individuels indépendants les uns des autres et nous n'avons pas à interagir sur la vie d'autrui selon notre bon vouloir, même si c'est par amour. Il faut que la personne prenne elle-même l'initiative de venir vous voir et qu'elle demande votre aide. Il faut aussi qu'elle croit que vous pouvez l'aider. Si elle vous dit "Ouais tu peux essayer si tu veux pour voir" sans en être convaincu, autant dire que l'effet escompté sera nul.

Maintenant si vous savez que vous pouvez aider cette personne et que cette dernière ne le sait pas, vous pouvez aller lui en toucher un mot, lui expliquer comment vous pouvez l'aider. Et si et seulement si elle accepte votre aide (et la veux vraiment) par exemple en disant "Franchement oui, ça me ferait vraiment du bien merci beaucoup d'avance", alors allez-y foncez !

Dans ce cas de figure, il y a un vrai échange de coeur à coeur et non pas à sens unique.

Faites les choses en votre âme et conscience mais ne forcez pas les gens à être aidé par vous parce que vous avez développé un don, parce que vous adorez ça ou parce que vous voulez absolument aider le monde. Non il faut que la personne le veuille sinon ON S'ABSTIENT !

NB : il va de soi que cet article ne concerne pas les individus qui ne sont pas/plus capables de se prendre en charge eux-mêmes comme les personnes âgées, handicapées, ayant une grave maladie etc... et dont leur prise en charge "forcée"est une question de vie ou de mort.

Pourquoi il faut arrêter d'aider les autres (quand ils n'ont rien demandé) | psychologie | développement personnel
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous !

Et si vous deveniez art-thérapeute ?

Coaching
Et si vous deveniez art-thérapeute | formation | certification


Que vous soyez thérapeute, coach, travailleur social, éducateur, animateur, en reconversion professionnelle ou tout simplement pour votre propre bénéfice ou celui de vos proches, l’art-thérapie va vous permettre d’aborder certaines problématiques dans des dimensions parfois très surprenantes.

Dans art-thérapie, il y a le mot "art", l’art entendu dans son sens général, car c’est une notion fort vaste. Dessin, modelage, peinture, musique, chant, théâtre et expression corporelle, danse, écriture, etc.

D’ailleurs, plutôt que de parler d’art ici, il serait plus judicieux de parler d’expression créative. Car c’est cela au fond : utiliser le pouvoir d’expression de l’art pour permettre à un individu de se découvrir, de se comprendre, de s’apaiser, de se revaloriser.

Cliquez ici pour découvrir le détail du programme :




Autour de 8 modules, vous allez acquérir des notions de psychologie, de neuroscience, comprendre le symbolisme des couleurs, découvrir comment accompagner différents publics, notamment les enfants et les personnes âgées. Une fois votre examen réussi, vous obtenez la certification et vous pouvez vous lancer dans la pratique de cette discipline.

C’est tout l’esprit de l’art-thérapie que l’on peut définir ainsi : discipline d’accompagnement qui utilise le pouvoir d’expression de l’art pour aider les patients, soit à améliorer leur condition, soit à trouver un nouveau bien-être dans leur vie.

Testez votre esprit créatif


A titre d’exemple, je vous propose de réaliser ce petit exercice qui va mobiliser votre esprit créatif, et aboutir à un travail sur l’estime et la perception de soi.

Ce dont vous avez besoin : des vieux journaux en format journal classique et papiers glacés, de la colle, une paire de ciseaux, une grande feuille à dessin, une boite (pour l’organisation).

La consigne

Réaliser votre portrait en collage.

Comment démarrer le travail ?

Découpez les journaux en petits morceaux, plus ou moins grands, sans faire aucune sélection d’images. Mettez le tout dans la boite. Installez-vous confortablement sur une table avec la feuille devant vous, vous pouvez mettre une petite musique d’ambiance, vous servir un thé... Prenez un à un les bouts de papiers journaux, vous allez les coller sur la feuille de manière à former un visage, le vôtre.

Durée

Le temps dont vous avez besoin, en une fois, en deux fois, en trois fois… Laissez-vous allez, écoutez-vous. Soyez simplement vous.

Et au final ?

Peu importe que vous soyez ou non fort en collage, en dessin. Ce qui est important ici est la concentration et l’application que vous allez mettre à réaliser cet exercice.

La question n’est pas non plus l’esthétisme qui va en résulter, il ne s’agit pas de juger ce travail de manière objective, comme c’était le cas à l’école. Non. Ce qui est important, c’est le ressenti, les émotions face à la réalisation de votre portrait, de votre reflet. Le choix des couleurs, des formes aléatoires, le rendu du visage, la forme des yeux, leur expression, etc.

Rempli de ces émotions, vous allez peut-être estimer que ce portrait est satisfaisant, ressemblant même, ou tout au contraire qu’il vous renvoie quelque chose de différent, que vous souhaitez modifier, changer, améliorer. Interrogez-vous sur quoi, pourquoi, comment, etc. Notez votre ressenti derrière de la feuille.

Une fois cela fait, avec le recul que vous aura inspiré votre travail, vous pourrez le retravailler, le recommencer, etc. Mais souvenez-vous à chaque fois de noter votre ressenti.



La formation en Art-Thérapie est proposée à partir d’aujourd’hui au prix de 87 € au lieu de 490 €. Elle est certifiée par l’IPHM (International Practioners of Holistic Medecine) et l’IICT (International Institute of Complementary Medicine).




En passant par mon blog, vous pouvez profiter du tarif de lancement. En plus, vous bénéficiez d’une garantie satisfait ou remboursé de 30 jours !

Une fois inscrit, vous avez accès à l’ensemble des modules, que vous suivez à votre rythme, en fonction de votre emploi du temps, et en tous les cas sans limites de temps pour passer l’examen final. Les supports de cours sont disponibles en permanence, téléchargeables en format audio ou PDF si nécessaire.

Cliquez ici pour obtenir votre certification et devenir art-thérapeute :




NB : à la fin, quand vous vous sentez prêt, vous passez l’examen qui vous permettra d’obtenir votre certification, reconnue par l’IPHM (International Practioners of Holistic Medecine) et l’IICT (International Institute of Complementary Medicine), deux organismes d’accréditation internationaux.

Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez contacter les formateurs via email à l'adresse support@meformer.com ou par téléphone au (+33) 01 74 90 03 95

Je vous souhaite une excellente journée et je vous dis à très bientôt !

Et si vous deveniez art-thérapeute | formation | certification
Epinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous !

OFFRE EXCLUSIVE : Formation pour devenir naturopathe certifié à 87€ au lieu de 590€ ! En savoir plus