De l'utilité de se faire des ennemis pour en finir avec l'hypocrisie

septembre 11, 2016 0 commentaires

Se faire des ennemis est utile !


Dans toute situation, il est toujours intéressant d'analyser les choses sous un autre angle. Ceux qui me suivent auront certainement remarqué que c'est souvent le cas dans mes articles : ouvrir son esprit à d'autres éventualités, ne pas rester enfermé dans des croyances populaires ou encore apprendre à réfléchir par soi-même sont autant de nouvelles perspectives de vie sur lesquelles le blog Vie Attractive aime s'attarder.

Aujourd'hui, je remet ça, une fois de plus, avec un sujet un peu surprenant : l'utilité de se faire des ennemis.

Saviez-vous qu'avoir des ennemis peut être un très bon allié dans votre développement personnel ? Si vous en avez, c'est même une véritable chance ! Contrairement à ce que vous pouvez penser, se faire des ennemis a du bon en soi.

Laissez-vous porter par la lecture de cet article et vous verrez qu'avoir des ennemis a quelques avantages. Commençons par deux prérequis :

On ne peut pas plaire à tout le monde


A moins de n'être qu'une carpette et de dire amen à tout, on ne peut pas être aimé de tout le monde. La raison est simple : notre besoin de sociabilisation et d'appartenance à des groupes de personnes. On a besoin de plaire, de s’intégrer, d’être apprécié et cela nous fait du bien.

Or vouloir plaire à tout le monde, c'est de la vanité mais aussi de la faiblesse. On a peur si on montre son désaccord d'être rejeté. On a peur que les autres disent du mal de nous ou qu'ils nous compliquent l'existence. Alors on ne se fâche pas, on laisse couler. On joue les gentils en espérant que comme ça, on ne se fera pas d'ennemis pour éviter les problèmes.

C’est ce que l’on pense mais on a tort. On se trompe lourdement. Car essayer de plaire aux autres peut se faire au détriment de qui on est et de ce que l’on pense. Dans ces conditions, on cache alors qui on est intérieurement et on perd en quelque sorte notre identité !

De toute manière, même si on est la personne la plus gentille du monde, rien n'empêchera à un moment ou un autre que quelqu'un dise du mal de nous dans notre dos. Le monde est ainsi fait.

Une hypocrisie bien dissimulée


On croit souvent qu'il suffit de laisser couler ou d'être indulgent pour éviter les problèmes. Pour ne pas faire de peine aux autres, on est prêt à être conciliant et compréhensif. On caresse dans le sens du poil pour éviter les conflits.

Sur ce coup-là, il est vrai que l'amabilité et la politesse arrondissent bien des angles. On croit rendre les choses plus faciles et la vie des autres plus agréable. Mais on a encore tout faux car si les rapports semblent de suite plus détendus, tout ceci n'est qu'une façade.

Par cette attitude, on devient quelqu'un d'hypocrite en se cachant derrière une apparence qui ne nous correspond pas. Et au fond de nous, ça bout. On est une vraie cocotte-minute prête à exploser, alimentée par de la haine et des ressentiments.

Arrêtons donc de toujours vouloir nous faire bien voir dans le but de plaire aux autres, c'est hypocrite ! Rester soi-même dans la majorité des situations est de loin le meilleur comportement à adopter, quitte à se faire des ennemis.

Voyons maintenant...

... Pourquoi il est sain d'avoir des ennemis


Tout d'abord, parce que ce sont eux qui nous obligent à avancer, être meilleur et nous surpasser. En effet, ils nous permettent d'en apprendre d'avantage sur nous car ils sont les premiers à voir nos défauts ainsi que tout ce qui peut nous faire du tort.

Ainsi, en perturbant notre sérénité tranquille, ils nous font prendre conscience de certaines choses : "Et s'ils avaient raison ?". Du coup, ils nous permettent de corriger ces défauts et de voir venir les événements désagréables pour les éviter ou les minimiser à l'avenir.

Ensuite, avoir des ennemis permet de faire le tri dans nos soit-disant amis. Il est important de savoir qui nous aime vraiment pour ce que l'on est, avec nos défauts et de laisser tomber ceux qui nous aiment par intérêt.

Parfois le tri se fait tout seul. C'est un phénomène que j'ai déjà pu observer à plusieurs reprises, notamment sur facebook. Il est vrai que je n'ai pas toujours ma langue en poche, ce qui me vaut de temps en temps les foudres de certains. Aussi, il n'est pas surprenant que l'un d'entre eux viennent me trouver par message privé ou que je m'aperçoive quelques temps après que ces "amis" ont disparus de ma liste.

Autrefois, j'avais tendance à m'excuser pour ma manière d'être et de tout faire pour réparer les "dégâts" par peur du quand dira t-on. Aujourd'hui je ne perd plus mon temps et mon énergie à tenter d'arranger les choses. Celui qui n'est pas d'accord, et bien tant pis car vous savez quoi, pratiquement à chaque fois que je perd un ami, j'en regagne un autre !

Cela fait partie de la magie de la vie, se faire des ennemis permet de se faire de nouveaux amis. Et pas que sur les réseaux sociaux ! C'est un peu comme si nos ennemis travaillaient pour nous. Ils nous aident à nous faire de nouveaux amis car ils nous attirent des sympathies.

On le voit d'ailleurs souvent dans les films : le souffre-douleur d'une classe aura pratiquement toujours quelqu'un de sincère qui viendra vers lui pour l'épauler. Là encore, le tri se fait automatiquement. Grâce à ses ennemis, le souffre-douleur se fait un ou plusieurs vrais amis sincères et saura en qui faire confiance.

Autre avantage de se faire des ennemis, c'est de faire connaître nos limites en affirmant nos valeurs et nos principes. C'est souvent à ce niveau-là que le bât blesse. Soit ça passe, soit ça casse. Mais si ça passe, on inspire le respect des autres, on mérite plus d'estime et d'attention. Désormais les autres savent qu'il ne faut plus essayer de nous raconter n'importe quoi. Ils ne pensent plus immédiatement à nous dès qu'il y a un sale boulot ou une corvée à faire.

Enfin, avoir des ennemis permet de garder la forme physique et morale. Cela oblige à :

- être vigilant,
- devenir lucide,
- avoir des réflexes,
- entraîner sa répartie,
- faire face aux conflits,
- oser dire non,
- oser les confrontations...

Ce qui est excellent pour la confiance en soi !

Même si on ne peut pas gagner à tous les coups, quand on gagne - ne fusse qu'un tout petit truc - cela nous procure des satisfactions d'amour-propre. Et quand on perd, cela nous forge le caractère.

Comment se faire rapidement des ennemis ?



Martin Luther King disait : "Pour se faire des ennemis, pas la peine de déclarer la guerre, il suffit juste de dire ce que l'on pense".

Oui ! Il suffit de dire ce que l'on pense et de ne pas hésiter à dire ses quatre vérités, lorsque c'est nécessaire.

Pour trouver des ennemis potentiels, pas besoin de chercher bien loin. Ils se trouvent parmi "vos amis". D'ailleurs vous avez déjà beaucoup d'ennemis potentiels dans votre entourage sans forcément le savoir. Il suffit juste de les reconnaître.

Par exemple, les flatteurs, ceux qui passent leur temps à dire combien vous êtes exceptionnels. Ils sont toujours d'accord avec vous etc... Ouvrez l'oeil car en votre présence, ils vous complimentent mais derrière votre dos, ils n'hésitent pas à vous descendre en flèche à la moindre occasion.

Autre exemple : ceux à qui on a rendu service (aide financière, aide morale..). Ils sont rarement reconnaissants du fait que vous les avez connus dans un état de faiblesse et leur égo ne s'en remet pas.

La plupart des gens ne supportent pas que l'on dise nos quatre vérités ou qu'on leur refuse quelque chose. Et bien qu'il existe un tas de manières de se faire des ennemis, dire ce que l'on pense reste à mes yeux la manière la plus efficace de s'attirer des foudres rapidement.

Bien entendu, il vaut mieux tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler dans certaines situations.

Par exemple, si vous vous trouvez à un séminaire où vous ne connaissez personne. Commencer à faire de l'esclandre sur quiconque ne répondant pas à votre manière de penser ne vous sera d'aucune utilité. En effet, est-ce bien "utile" de s'embrouiller avec des personnes que vous ne reverrez certainement jamais ? Ainsi, si vous n'êtes pas d'accord avec une personne du séminaire, restez rangé et conciliant.

L'objectif n'est pas non plus de se mettre tout le monde à dos, ce qui serait nullement constructif et pourrait, par retour de bâton, drôlement vous desservir.

En conclusion


Cet article n'a pas pour but d'encourager à se faire des ennemis juste pour le plaisir mais simplement de faire prendre conscience que quelques ennemis "bien placés" peuvent en réalité aider à avancer dans notre évolution.

Il faut savoir trouver le juste équilibre entre garder sa personnalité la plupart du temps (dire ce que l'on pense) et continuer de réagir avec tact dans d'autres situations (jouer aux gentils). Car admettons-le, une inimitié déclarée vaut toujours mieux qu'une fausse amabilité, pas vrai ? Au moins les rapports sont clairs et ne tombent plus dans le mécanisme de l'hypocrisie.

Alors autant avouer ses préférences et affirmer ses différences. Avoir des ennemis peut être une chance. Sans ennemis, votre égo sera surdimensionné et vous n'évoluerez pas.

De l'utilité de se faire des ennemis pour en finir avec l'hypocrisie
Épinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Et vous ? Jouez-vous toujours au gentil pour arrondir les angles ou vous montrez-vous tel que vous êtes la plupart du temps ? Vous pouvez témoigner dans les commentaires ci-dessous ;)

0 commentaires:


A lire avant de poster :

- Les commentaires sont modérés afin d'éviter le SPAM
- Pour être informé des éventuelles réponses, cochez la case "M'informer"
- Par convivialité envers ceux qui vous lisent, utilisez la fonction "Nom/URL" en
indiquant votre prénom ou votre pseudo (laissez URL vide si vous n'en avez pas)
- Les commentaires "Anonymes" ne sont désormais plus publiés.