Ne pas avoir de chance, une question de fatalité ?

août 17, 2016 0 commentaires

Ne pas avoir de chance, une question de fatalité ?


La chance est, par définition, volage. Elle tourne comme le vent, comme la roue sur laquelle on la représentait jadis. Elle passe et revient pour tout le monde. Mais, à certains moments de la vie, on a l'impression qu'elle s'est définitivement inscrite aux abonnés absents.

Comment rappeler la chance à nous ?


"La chance appartient à tout le monde, il suffit d'y croire" (Jacques Caron)

Croire, affirmer, clamer que l'on a pas de chance ou qu'on en regorge, qu'on en déborde, est bien sûr très subjectif.

Selon le théorème bien connu du verre à demi plein ou à moitié vide, certains se polarisent sur ce qu'ils ont, d'autres sur ce qu'ils n'ont pas. L'un jugera sa vie sinistre, affreuse, tandis que, à données égales, l'autre se sentira comblé et heureux.

Il n'empêche, devant certaines successions de souffrances ou de catastrophes, on se demande parfois si le destin ne s'acharnerait pas sur certaines existences.

La chance, un élément aussi incontrôlable que mouvant


Considérer la chance simplement comme un élément extérieur et non suscité, c'est se tromper. On a pris l’habitude de la décrire comme arbitraire, capricieuse, aléatoire et injuste. Face à elle, on a adopté une attitude passive et on a fini par croire qu’elle nous tombait littéralement dessus.

Il faut dire que la société s'est forgé une vision romanesque de la chance et en a fait une composante magique à l’oeuvre dans notre réussite (ou notre absence de réussite).

Or, au contraire, la chance est une compétence de vie que chacun peut apprendre à maîtriser et à cultiver pour la faire advenir au quotidien !

Sommes-nous les artisans de notre propre chance ?


En grande partie, oui. Sa chance, on la construit. Il faut le vouloir vraiment. Attirer la chance sur soi, c'est connaître son désir et lui préparer le terrain pour ne pas la laisser s'envoler lorsqu'elle se présente. Croire en sa bonne étoile est une force qui ne doit pas non plus nous pousser à agir sans réfléchir.

Bien sûr, il y a toujours des "coups de chance", rarissimes et impossibles à prédire, capables de bouleverser nos vies en nous faisant soudain bénéficier d’un concours de circonstances favorables, sans que nous n’ayons rien fait pour le provoquer.

En revanche, la chance de tous les jours, ce mouvement régulier qui fait que certains hommes et femmes semblent davantage que d’autres collectionner et enchaîner les événements favorables, cette chance-là dépend directement de nous et de notre attitude face au monde.

Les chanceux à répétition ne sont pas nés sous une bonne étoile, mais ont développé des réflexes qui leur permettent de fonctionner constamment "en mode chance".

Ne pas avoir de chance, une question de fatalité ?


La chance n’est pas une question de fatalité ni de hasard. Etre un sacré veinard ou un loser chronique dépend de notre volonté. Réussir est une compétence qui se travaille. Il faut pouvoir reprendre confiance en soi, rompre la spirale de l'échec et comprendre pour agir.

Pour bien comprendre la notion de fatalité, imaginez que la vie soit un directeur de casting qui a attribué à quelqu'un un rôle pas vraiment voulu. Figée dans son personnage, la personne scénarisée va maintenir des relations stéréotypées et insatisfaisantes avec les autres.

Et tout recommence toujours dans le même scénario et les erreurs se répètent avec une telle constance et une telle régularité qu'elle finit par se dire que c'est par manque de chance que ça lui arrive encore une fois.

Un cercle malsain qu'il faut se décider à rompre, par exemple en consultant un psychologue qui aidera à comprendre que la notion de fatalité n'a pas lieu d'être mais bien que la personne elle-même est la seule cause de sa malchance par la répétition inconsciente des mêmes schémas négatifs.

Les malchanceux sont-ils alors en quelque sorte responsables de leur sort ?


"Les opportunités qui se perdent sont les plus grandes malchances" (Calderon)

Il serait plus élégant de dire que la chance est l’expression directe d’une volonté et d’une façon de percevoir le monde. Et ce, quel que soit son point de départ dans la société.

Bien entendu, on ne peut pas faire l’impasse sur les conditions sociales et l’environnement d’un individu, mais force est de constater que certains "malchanceux chroniques" ont une capacité troublante à gâcher toutes les opportunités qui se présentent à eux.

Certains d'entre eux courent à leur perte avec un aveuglement qui donne envie de leur crier de s'arrêter pour réfléchir. Avec ces losers structurels, tout se passe comme si le logiciel de la chance était définitivement grippé.

Ce serait donc une vision pessimiste du monde qui entraînerait la malchance. Il y a un lien intime entre l’optimisme et la chance.

"Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté" (Winston Churchill)

Face aux difficultés, un individu optimiste va instinctivement se focaliser sur ses propres forces, chercher des solutions, et faire confiance à l’avenir. Cette capacité à recycler positivement un coup du sort est l’un des ingrédients de la chance durable.

Recyclage positif


Au recyclage positif, il faut ajouter 3 autres principes d’action simples auxquels chacun peut s’entraîner :

1/ L’intention préalable

Un hasard ne peut se transformer en coup de chance que si nous sommes préparés mentalement à son arrivée et que nous avons déjà réfléchi à l’orientation que nous pourrions lui donner.

2/ La disponibilité intérieure

La curiosité, l’ouverture d’esprit, la capacité à être attentif à ce qui nous entoure, permettent de faire apparaître des opportunités là où on ne les attendait pas.

3/ La connexion

Le dernier secret, et sûrement le plus important : la chance véritable fait son miel des échanges et des interactions que nous tissons avec les autres.

Entretenir son "réseau de chance", c’est s’assurer de multiplier les rencontres, les demandes inattendues, de créer en somme un espace où pourront fleurir les occasions favorables. C’est aussi partir du principe de réciprocité : soyez une chance pour les autres, ça vous reviendra !

En appliquant ces conseils, chacun pourra se réconcilier avec le hasard et l’accepter comme une composante positive de sa vie, en posant la véritable équation de la chance qui est :

"désir + inattendu = providentiel"

Avec cette équation, il n'est pas assuré que chacun aura de la chance, mais il lui arrivera très vite des choses positives !

Les 7 principes de la chance


1/ La chance passe devant tout le monde et il faut apprendre à la voir passer
2/ Ne pas attribuer ses échecs à la malchance
3/ S'ouvrir : la chance, c’est parfois trouver ce que l’on ne cherche pas !
4/ Se préparer à rencontrer la chance et à prendre des risques
5/ 100% des gagnants ont tentés leur chance
6/ Saisir sa chance, c’est aussi avoir le goût de l’aventure et de l’imprévu
7/ Ne pas devenir arrogant face à la chance. De même, ne pas déprimer face à la malchance

En guise de conclusion, on peut dire que la chance se cultive tout autant qu’une autre faculté. Il suffit de se décider à la développer !

Pour terminer cet article, voici une citation de Paul Carvel qui doit être désormais être gravée dans votre esprit:

"Attendre sa chance est vain, la tenter ne suffit pas, il faut la forcer !"

Ne pas avoir de chance, une question de fatalité ?
Épinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous !

0 commentaires:


A lire avant de poster :

- Les commentaires sont modérés afin d'éviter le SPAM
- Pour être informé des éventuelles réponses, cochez la case "M'informer"
- Par convivialité envers ceux qui vous lisent, utilisez la fonction "Nom/URL" en
indiquant votre prénom ou votre pseudo (laissez URL vide si vous n'en avez pas)
- Les commentaires "Anonymes" ne sont désormais plus publiés.