5 étapes pour apprendre à dire NON sans être agressif ni blesser son interlocuteur

septembre 02, 2016 0 commentaires

Comment apprendre à dire non ?


Dans l'article précédent, je vous ai donné 6 raisons probables pour lesquelles vous n'osez pas dire NON. Aujourd'hui, je vous montre comment savoir dire NON sans heurter votre interlocuteur.

Si vous dites toujours OUI, lisez ce qui suit, cet article est fait pour vous :

La clé de l'épanouissement personnel


Les peurs liées au refus d'honorer une demande sont la plupart du temps des peurs irrationnelles. Et comme je le disais dans le précédent article, il s'agit certainement d'un problème d'affirmation de soi.

Pourtant savoir dire NON est la clé de l'épanouissement personnel, à condition de ne pas en abuser. Il peut même être très bénéfique !

En effet, savoir dire NON permet bien des avantages :

Affirmer sa personnalité : Lorsque vous refusez une demande, vous exprimez de manière franche vos préférences. Ainsi vous aidez les autres à mieux cerner votre personnalité. Car il n'y a rien de plus agaçant que de se trouver face à une personne qui ne donne jamais son opinion. Elle reste dans son coin, on ne sait pas ce qu'elle pense, bref elle peut paraître sans personnalité. En revanche, si cette personne exprime franchement un refus, elle devient moins "vague", moins superficielle, et elle gagne en charisme.

Se dire OUI à soi-même : Vous serez totalement en accord avec vous-même, avec ce que vous pensez ou ce que vous voulez. Ainsi vous vous sentirez bien mieux mentalement. Vous serez vous-même tout simplement et vous éviterez les problèmes de frustration, de non-dits et de remords causés par le manque d’affirmation de soi.

Donner de la valeur au OUI : Il arrive souvent que l'on dise OUI à une demande pour ne pas décevoir les autres. Cependant cette demande sera exécutée avec les pieds de plomb. Et si les autres remarquent une mauvaise volonté de votre part, ils penseront illico que vous n'êtes pas digne de confiance. Par contre, si vous savez dire NON quand quelque chose ne vous convient pas, les autres sauront que vous êtes parfaitement franc lorsque vous direz OUI.

Gagner du temps : Combien de personnes perdent un temps considérable parce qu'elles acceptent tout ce que les autres leur demandent ! Le temps passé à rendre des services pour les autres, c'est du temps libre pour vous qui vous échappe. Vous n'êtes alors plus maître de votre emploi du temps. Rendre service est tout à fait honorable, certes, mais jamais au détriment de son propre bien-être.

Ceci étant dit, pour soulager votre conscience du poids que peut représenter le fait de dire NON, vous devez rester en contact permanent avec vos priorités et réaliser que d’être toujours là pour les autres vous empêche de vous concentrer sur vous-même.

Egocentrisme ? Pas du tout ! Simplement du réalisme. Surtout lorsque vous avez besoin de ce temps libre pour quelque chose d'important à vos yeux, vous avez tout à fait le droit de refuser de rendre service à autrui. Au final, vous devez être capable de vivre ce NON comme une liberté sincère et méritée, sans avoir à culpabiliser.

Voyons maintenant comment refuser une demande avec délicatesse :

5 étapes pour apprendre à dire NON sans être agressif ni blesser son interlocuteur


Voici comment faire :

1/ Sachez précisément ce que vous voulez

Lorsque quelqu'un vous demande un service, il y a souvent un effet de surprise c'est à dire que vous ne vous y attendez pas. C'est pourquoi ne répondez pas d'emblée un OUI sur un coup de tête, par peur d'être jugé.

Prenez le temps d'y réfléchir préalablement. Parfois 5 minutes suffisent, le temps que vous fassiez le tour de la question et d'être sûr de ce que vous voulez.

Il faut que vous soyez totalement en accord avec vous-même et que vous sachiez précisément si vous voulez rendre ce service ou non. Tant que vous hésiterez entre deux choix, vous ne pourrez pas déterminer quelle est la réponse qui vous conviendra.

Mais que faire si votre interlocuteur se montre impatient et veut obtenir une réponse immédiate ?

Dans ce cas, n’hésitez pas à temporiser en lui expliquant que vous avez besoin d'un temps de réflexion pour lui donner une réponse viable (et accessoirement de disposer de tous les éléments pour la donner). Donc, n'hésitez jamais à demander un délai de réflexion : "Je vais y réfléchir".

Enfin, dites-lui à quel moment précis votre décision définitive sera disponible, ce qui l’aidera à patienter : "Je vous tiens au courant cette semaine, je vous passerai un coup de fil".

Une fois votre décision prise, vous pouvez passer à l'étape suivante.

2/ Dites NON

Maintenant que vous savez que vous devez répondre par la négative, et bien faites-le ! Un simple "Non, je suis désolé" suffira pour l’instant. Cela permettra à votre interlocuteur de prendre acte de votre refus.

Ne vous embarquez surtout pas dans des phrases du genre : " Euh… oui mais tu comprends… ça ne va pas être pratique… ". Soyez direct, précis et franc. Vous refusez, faites le savoir, et surtout faites le comprendre.

Inutile non plus d'être agressif ! Même si votre mère vous demande de lui ramener d'urgence un paquet de lessive, elle ne le fait pas forcément pour vous nuire personnellement, et elle n’est pas censée savoir que vous n'aurez pas le temps de passer au supermarché pour elle.

Contentez-vous d’exprimer clairement et simplement votre refus.

3/ Expliquez pourquoi

Puisque vous savez pourquoi vous dites NON, et bien expliquez-le. Il ne s'agit pas ici de se justifier au premier sens du terme mais plutôt de donner des raisons objectives qui permettront à votre interlocuteur de comprendre que votre refus est motivé par des raisons valables.

Expliquez votre point de vue en utilisant le "Je". Ne dites pas "Vous me donnez trop de travail" mais "Je n’aurai pas le temps de faire tout le travail que vous me donnez".

Et quand bien même, vous n'avez pas vraiment de raisons valables mais simplement pas envie de faire ce qu'on vous demande, ne vous lancez pas dans mensonges rocambolesques du genre : "Je suis fort fatigué en ce moment, blablabla" (mensonge classique mais finalement peu crédible) pour que votre interlocuteur vous fiche la paix.

Dites la vérité tout simplement même si c'est difficilement avouable : "Non, c'est gentil d'avoir pensé à moi mais je n'ai pas envie de me lancer là-dedans".

4/ Exprimez vos sentiments

Expliquez ce que vous ressentez devant cette situation pour aider votre interlocuteur à comprendre votre position, et à se rendre compte de la validité de vos explications.

"Je comprends tes soucis financiers mais je ne peux pas t'aider en ce moment, et je te rappelle que j’attends toujours mes 30€ que je t’ai prêté il y a deux mois".

L'exemple ci-dessus fonctionne à merveille si vous n'avez pas envie de prêter d'argent, surtout s'il s'agit de quelqu'un qui ne rembourse jamais ce qu'il doit aux autres.

Le fait d’exprimer vos sentiments permet d’atténuer le choc du refus, ce qui aidera l’autre à l’accepter.

5/ Proposez une solution de substitution

Proposer une solution est très important afin de parvenir à un accord avec votre interlocuteur. Ainsi vous montrerez votre bonne volonté et ne vous ferez pas passer pour quelqu'un qui se fiche éperdument des autres.

Expliquez aussi quels seront les bénéfices communs que chacun d’entre vous pourrez gagner grâce à cet accord.

"Pourquoi ne demandes-tu pas une avance à ton patron ? Le connaissant, je suis sûr qu'il le fera. Et moi, cela m’évitera de me faire étriper par mon banquier".

Apprendre à dire NON : 2 exemples concrets


Exemple 1

Votre meilleur ami vous invite ce vendredi pour une soirée entre mecs. Seulement vous êtes en période d'examens et vous ne pouvez pas vous y rendre (ou vous n'en avez pas envie ce jour-là tout simplement). Proposez alors de vous rattraper après.

Ce qui donnera en langage clair :

" [refus] Non, je suis désolé, mais je ne pourrai pas venir à cette soirée. [Pourquoi + sentiments] Je sais que tu comptais sur ma présence, et cela me désole de te décevoir, mais j’ai une semaine chargée en ce moment, et j’ai vraiment besoin de repos avant mon examen lundi prochain. [Solution de substitution] Si tu veux, dès que mes examens seront terminés, on se fera des sorties ensemble pour rattraper le temps perdu. [Bénéfice commun] Comme ça, je serai débarrassé du stress des exams, et ce sera plus agréable pour toi "

Exemple 2

Au boulot, vous venez d'apprendre qu'il y a une réunion demain sur le temps de midi. Cette réunion n'étant pas prévue jusque là, cela ne vous arrange pas du tout car vous comptiez profiter de vos pauses du midi pour vous y mettre dans un projet urgent que vous avez reçu ce matin (et que vous devez rendre pour la fin de la semaine). Proposez alors de rester joignable pour les questions urgentes.

Ce qui donnera en langage clair :

" [refus] Non, je ne peux pas aller à cette réunion. [Pourquoi] Je suis déjà surchargé de travail, et il faudra encore que j’emporte des dossiers à la maison pour les terminer ce week-end. [Sentiments] Cela m’ennuie, mais vous devrez vous passer de moi. [Solution de substitution] Si vous avez une question urgente, je reste disponible par téléphone, et je m’informerai du compte rendu de la réunion. [Bénéfice commun] Ainsi, je peux espérer finir à temps le projet urgent que vous m’avez vous même confié pas plus tard que ce matin "

Ne pas savoir dire NON : quelles sont les conséquences ?

La croyance populaire veut que le fait de toujours dire OUI apaise les esprits et les relations. Or en réalité, ne pas savoir dire NON peut être lourd de conséquences :

- mal-être,
- agressivité,
- dévalorisation de soi...

Et au quotidien, cela peut causer bien des soucis à celui qui n’a pas la force de se faire entendre.

Voyons plus en détails ce que peut provoquer le fait de ne pas savoir dire NON :

- Une surcharge de travail : plus on accepte de travail supplémentaire, plus on a de chance d’en recevoir à nouveau. Résultat : du stress inutile et une impression d’incompétence.

- Des pertes de temps : accorder du temps à quelqu’un "à contre cœur" fait prendre du retard et ne rend pas service à l’autre car il peut s’apercevoir de votre manque d'enthousiasme ou désintérêt.

- Des promesses non tenues : à force de toujours vouloir faire plaisir, on prend le risque d’accepter une demande qu’on ne pourra tenir. Il s’en suivra un sentiment de honte qui pourrait être évité.

- Des dissonances cognitives : lorsqu’on n’ose pas affirmer son désaccord, on se sent obligé de faire quelque chose qui nous déplaît et on se retrouve en contradiction avec nos valeurs.

Par ailleurs, vous prenez aussi le risque :

- de revenir sur votre OUI et d’être obligé d’expliquer : "Désolé, mais finalement je ne peux pas, je n’ai pas les connaissances pour....". Non seulement c’est souvent plus désagréable d’entendre un NON après avoir reçu un OUI, mais de plus, cela vous décrédibilise ;

- d’en vouloir à la personne qui vous a demandé quelque chose, alors qu’elle n’y est pour rien si vous ne savez pas dire NON ! Ce qui pourra entacher vos relations professionnelles ou personnelles ;

- de vous en vouloir à vous-même et de vous mettre dans des situations impossibles. Ce qui diminue votre confiance en vous.

Conclusion


Si vous n’exercez pas votre liberté de choix, si vous n’avez pas la force de dire NON, vous avez certainement l’impression de ne pas maîtriser votre vie. Vous éprouvez de la culpabilité, du ressentiment, de la frustration et de la colère.

Au début, vous étouffez ces sentiments, mais sachez qu’ils finissent tôt ou tard par éclater. L’agressivité dont vous pouvez alors faire preuve est disproportionnée, décalée et inopportune.

Donc, si vous ne réussissez pas à dire NON aux demandes qui vous sont faites, vous allez petit à petit vous dévaloriser, brimer votre personnalité et altérer votre confiance en vous.

Ceci est certainement le signe qu'il est temps de prendre les choses en main.

5 étapes pour apprendre à dire NON sans être agressif ni blesser son interlocuteur
Épinglez cet article sur Pinterest pour le retrouver facilement !

Et vous, pensez-vous savoir dire non ? Ou faites-vous partie de ceux qui disent toujours OUI ?

0 commentaires:


A lire avant de poster :

- Les commentaires sont modérés afin d'éviter le SPAM
- Pour être informé des éventuelles réponses, cochez la case "M'informer"
- Par convivialité envers ceux qui vous lisent, utilisez la fonction "Nom/URL" en
indiquant votre prénom ou votre pseudo (laissez URL vide si vous n'en avez pas)
- Les commentaires "Anonymes" ne sont désormais plus publiés.